Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les
principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Information Qu'est ce que le Burnout ?

NoBurnout Live presentation

Définition

Burnout signifie : « Brûler, se consumer entièrement », le terme français est « épuisement professionnel ». Freudenberger (1970) a défini le burnout comme « un problème qui prend naissance de la bonne intention d’atteindre des buts irréalistes et qui aboutit à épuiser ses énergies, se détacher de soi-même et perdre le contact avec les autres ». Le burnout n’est pas considéré comme une maladie mentale, il est un processus dynamique susceptible d’aggravation mais aussi d’évolution positive pour la personne. De par sa définition même, les causes sont à chercher dans la profession que l’on exerce ou le poste de travail que l’on occupe.

D’où vient ce nom ?

En 1970, aux Etats-Unis, le psychiatre Herbert Freudenberger utilisa le terme « burnout » pour caractériser l’état mental de jeunes volontaires travaillant auprès de toxicomanes : « je me suis rendu compte au cours de mon exercice quotidien que les gens sont parfois victimes d’incendie tout comme les immeubles. Sous l’effet de la tension produite par notre monde complexe, leurs ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur, même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte ».

Est-ce une dépression ?

Même s’il existe des sentiments dépressifs lors de l’épuisement professionnel et que certains symptômes peuvent faire penser à une dépression, il faut distinguer « dépression » et « burnout ». Le burnout n’est pas considéré comme une pathologie mentale au même titre que la dépression. Le burnout est une conséquence négative d’un stress chronique que la victime subit à cause de son activité professionnelle. Le sentiment de perte d’accomplissement de soi reste localisé dans le domaine professionnel et, au début de l’épuisement, n’envahit pas la vie privée de l’individu. Par contre, les causes d’une dépression peuvent être diverses et ne sont pas limitées à la vie professionnelle. La dépression amène souvent un sentiment de tristesse profonde que ne ressent pas forcément la victime de burnout. Le burnout peut amener un terrain favorable à une dépression mais il n’est qu’un facteur parmi d’autres.

Stress et burnout

Le burnout peut être considéré comme un échec de la capacité de l’individu à s’adapter à son environnement. Un stress chronique construit le burnout. On parle d’épuisement professionnel après des expositions à des stress professionnels durant des périodes allant de un à cinq ans, au minimum 6 mois. Le burnout est un phénomène long et évolutif. Il ne surgit pas soudainement après un événement aigu, on parle plutôt dans ce cas-là de stress post-traumatique.

Suis-je en burnout ?

Le bilan du burnout donnera une indication sur le degré de gravité. Pour cela évaluez-vous.

Le bilan peut être complété en analysant plusieurs dimensions :
  • identifier les symptômes et leur fréquence qui indiquent le degré de gravité
  • analyser le terrain favorable au burnout dans votre poste de travail spécifique
  • déterminer vos besoins spécifiques de prévention ou le cas échéant de réparation.

Il est possible de faire votre bilan avec l’aide d’un spécialiste.

Les symptômes

La fatigue et l’épuisement au travail existent. Les symptômes du burnout sont très variés. C’est une expérience psychique négative et souvent douloureuse. Les symptômes témoignent d’une difficulté d’adaptation à un stress émotionnel chronique lié au travail. Ce trouble d’adaptation s’installe le plus souvent de façon insidieuse, à l’insu de la personne.

Liste détaillée des symptômes les plus courants (document PDF, 16 ko)

Les risques

Chacun de nous risquons d’être en burnout un jour ou l’autre. La cause du burnout est souvent multifactorielle. Il y a des différences individuelles et des stratégies personnelles d’adaptation plus ou moins efficaces. Ce sont l’accumulation et la répétition à moyen terme (1 à 5 ans) de tensions psychiques et de stress émotionnels qui vont causer l’épuisement physique et psychique et le désinvestissement professionnel. À titre indicatif, il existe des facteurs de risque qui créent un terrain favorable à l’épuisement (cette liste est non exhaustive et très générale, elle mérite d’être approfondie par chacun selon son expérience) :

  • Travail répétitif et monotone
  • Communication déficiente
  • Ambiguïté et conflit de rôle
  • Surcharge de travail
  • Travail en relation d’aide
  • Horaires de travail alternant
  • Travail en situation de danger

Sur notre site, faîtes l'évaluation de votre terrain favorable et facteurs de risque personnels : Evaluez-vous

Comment s’en sortir ?

Cela dépend du degré de gravité. Pour certains, le fait de réaliser le processus et de prendre conscience des conséquences négatives suffit pour qu’ils changent leur façon de travailler et que cela inverse le processus, d’autres personnes auront besoin d’un accompagnement pour les changements à mettre en place, se ressourcer et mieux se protéger de l’épuisement. Dans la plupart des cas avancés et donc graves, la volonté seule ne suffit pas, il est absolument nécessaire de se faire aider par un spécialiste.

Concernant la prise en charge de personnes souffrant de burnout avancé :
  • On ne peut pas s’en sortir seul et sans aide, la volonté ne suffit pas.
  • Il est souvent nécessaire de s’arrêter de travailler pour prendre du recul avec le travail et se remettre en question.
  • Pour l’épuisement physique : une ou deux semaines de repos, cela suffit.
  • Pour se remettre de l’épuisement psychique et émotionnel : il faut souvent plusieurs mois pour retrouver confiance en soi, être disponible aux autres, reconstruire un sens à ce qu’on fait, digérer émotionnellement la souffrance, la culpabilité ressentie.

Certaines entreprises mettent en place des actions de dépistage et de prévention ce qui permet aussi d’interrompre le processus infernal avant qu’il soit trop avancé et donc trop grave.

Quelle démarche suivre ?

Le « diagnostic » ou le bilan du burnout peut être posé par votre médecin généraliste, un psychiatre ou un psychologue. Il est souvent évoqué par les collègues. Il est rarement posé par la personne elle-même de par sa difficulté à se rendre compte de son état. La reconnaissance du burnout passe par une recherche d’informations précise et approfondie qui peut avoir la forme d’une auto observation. Pour cela évaluez-vous. Une première évaluation peut être faite simplement en faisant la check-list des symptômes, ce qui donne une indication pouvant aider à se rendre compte de la gravité, ou non, du problème.

A qui s’adresser ?

Lorsque l’état d’épuisement est important et le burnout installé, la souffrance de la personne nécessite l’aide d’un professionnel (psychologue, médecin). Il est fortement conseillé d’avoir un arrêt de travail pour se reposer et aussi pour prendre du recul avec sa situation professionnelle. Des changements doivent être apportés dans la manière de travailler pour pouvoir se protéger de l’usure. Il est souvent conseillé de consulter un spécialiste pour y voir plus clair et choisir au mieux la prise en charge adéquate en fonction des besoins. Consultez notre réseau de professionnels.